Projet

Environnement

La construction du parc d’Essertines-sur-Rolle est soumise à l’Ordonnance relative à l’étude de l’impact sur l’environnement (OEIE) (objet n°21.8). Les installations d’exploitation de l’énergie éolienne d’une puissance installée supérieure à 5 MW doivent en effet faire l’objet d’une étude de l’impact sur l’environnement (EIE).

Courant 2010, une pré-analyse des risques d’impacts sur les chiroptères a été réalisée par l’antenne vaudoise du Centre de coordination ouest pour l’étude et la protection des chauves-souris (CCO-VD). Elle conclut que le projet éolien présente potentiellement un risque du point de vue des chauves-souris, du fait du grand nombre de données référencées dans la zone d’étude et de la diversité des espèces présentes. Plusieurs éléments sont identifiés comme nécessitant une attention particulière lors de la poursuite du projet. Suite à cette pré-expertise, le projet est désigné comme étant un “site avec activités particulière” présentant un “conflit limité probable” selon les critères cantonaux. (Directives cantonales pour l’installation d’éoliennes de hauteur totale supérieure à 30 mètres, mise à jour mai 2021, p. 36).

Dans le cadre de l’étude d’impact, une étude sectorielle détaillée des chiroptères a été menée en 2016 par Ecoscan SA selon les Directives cantonales afin de déterminer plus précisément les espèces présentes sur le site, leur abondance et la saisonnalité de l’activité. Les prospections ont mis en évidence une diversité élevée dans le massif du Saugey et ses environs avec 15 espèces de chauves-souris dont plusieurs espèces rares ou peu fréquentes. Un pic d’activité est enregistré de fin août à fin septembre, pendant la période d’essaimage et de migration vers les quartiers d’hiver, avec des observations encore régulières en octobre. Sur cette base, il a été décidé d’adopter le schéma prédéfini d’interruption du fonctionnement des éoliennes en faveur des chiroptères, tel que défini dans les Directives cantonales.

Une étude sectorielle fournie par Ecoscan SA a également été réalisée de manière à déterminer les enjeux ornithologiques du site, soit la détermination d’espèces nicheuses rares ou sensibles en rapport avec le projet de parc éolien, et l’identification et la caractérisation de la migration diurne et nocturne. Les évaluations de terrain ont été menées sur un cycle complet de 12 mois (entre 2011 et 2012) concernant les oiseaux nicheurs, migrateurs diurnes et hivernants, et entre 2016 et 2020 pour des compléments d’investigations concernant les espèces forestières et la migration nocturne.

D’un point de vue global, l’exploitation d’un parc éolien forestier à Essertines-sur-Rolle est compatible avec la conservation de l’avifaune nicheuse. Toutefois, certains oiseaux nicheurs présents sur le site sont connus pour être vulnérables face aux éoliennes, en particulier les rapaces diurnes. Ainsi, afin de réduire les impacts sur l’avifaune, il a été décidé de supprimer une éolienne initialement prévue dans une vieille futaie occupée par plusieurs espèces de rapaces. Il est également prévu de mettre en place des mesures de compensation efficaces et pertinentes vis-à-vis de ces espèces, en particulier en vue d’améliorer les habitats forestiers.

Les autres thématiques de l’EIE, comme par exemple l’effet du parc éolien sur le niveau de bruit, les eaux ou encore la forêt, sont en cours d’étude.

Photos: Lionel Maumary